Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi je soutiens François FILLON

Publié le 28 Septembre 2012 par Fabien Perrussel

Chers Amis,

 

Dix jours après la fin de la phase de "parrainage" et le lancement de la campagne pour la présidence de l'UMP, qui doit nous mener au vote des adhérents du 18 novembre prochain, je tiens à officialiser devant vous, devant le plus grand nombre, la position qui est la mienne, mûrement réfléchie, déterminée et vigilante.

 

En effet, comme vous le savez, je ne suis pas de ceux qui focalisent leur attention sur les rivalités de personnes.

Je suis davantage, en revanche, intéressé par les débats d'idées et la défense de nos valeurs.

 

Pour introduire mon propos, je tiens à vous dire que je suis intimement persuadé que les défaites de 2012, présidentielles et législatives, ne sont pas celles d'un homme, ne sont pas celle de Nicolas Sarkozy, mais celles de notre famille politique, l'UMP, son organisation, sa méthode politique.


Aussi, reconduire la même équipe à la tête de l'UMP n'aurait d'autre signification pour moi que, soit prétendre que notre défaite est dû à un mauvais candidat à la présidentielle et pas forcément dire la même chose des candidats aux législatives, qui sont loin tous d'avoir fait, sur le plan local, un aussi bon score que Nicolas Sarkozy aux présidentielles, soit ne pas nous interroger sur la stratégie politique, le discours, les idées, les valeurs ou le manque de valeurs, qui nous ont conduits aux défaites du printemps dernier.

 

Ensuite, la crise que traverse notre pays est plus profonde qu'économique. Elle est sociale, elle est morale. Elle n'est pas née en 2008, mais dans les années 1970, lorsque les pays développés, dont fait partie la France, sont entrés en phase de désindustrialisation, tout en ne renonçant pas au matérialisme, au consumérisme.
Autrement dit, nous produisons moins tout en ayant les mêmes besoins, si ce n'est bien davantage encore, tant en qualité qu'en quantité, c'est-à-dire que nous préférons désormais importer en masse des produits ou types de produits que nous produisions jadis ou que nous pourrions produire avec un peu de volonté.


En effet, je suis de ceux qui estiment, mais déjà depuis longtemps, que nous devons, en France et en Europe, tendre à produire tout ce que nous consommons.


Je ne suis pas pour le déclin. Je ne suis ni malthusien, ni adepte d'un libre-échange, qui ne peut être qu'excessif si les règles ne sont pas relativement les mêmes entre partenaires commerciaux, d'autant plus qu'aujourd'hui les personnes, les travailleurs et les capitaux circulent presque autant, si ce n'est même plus et plus vite, que les marchandises.

 

Enfin, sur le plan national, à l'échelon qui intéresse le plus les Français et les mobilise le plus aux élections, car c'est celui où les valeurs et les clivages entre les familles et les camps politiques s'expriment le plus, c'est aussi impulser le renouveau politique, qui, sur l'ensemble de l'échiquier politique, mais particulièrement aujourd'hui à droite, doit voir le jour.


Renouveau, c'est-à-dire, d'une part, renouvellement, y compris dans la réaffirmation (que nous avons un peu laissé de côté) de nos idées, de nos valeurs, et, d'autre part, rajeunissement de notre personnel politique, passage de témoin entre générations. Là aussi, il nous faut faire mieux et vite.


Et, parmi les candidats à la présidence de l'UMP, dès le début de la "première campagne", celle des parrainages, François FILLON m'a semblé être le plus apte à agir dans ces différentes directions, ce qui nécessite d'être à la fois ambitieux, mais aussi de s'appuyer sur une expérience, notamment gouvernementale, exécutive et récente. Etre à la fois visionnaire et savoir d'où l'on vient et par où l'on est passé.
Etre audicieux mais aussi homme d'apaisement.


Or, nous sortons d'une période durant laquelle nos sympathisants, mais aussi l'ensemble des Français, nous ont reproché, sur certains dossiers, pour ne pas dire dans l'ensemble, simultanément d'avoir manqué d'audace et d'aptitude à apaiser le climat social, économique et politique, dans lequel nous évoluions aux responsabilités.
Et, force est de constater que ces carences n'ont pas tant été celles du Président Sarkozy et du gouvernement Fillon que celles du Parlement, qui a souvent reculé, y compris à certains moments où il aurait dû être en première ligne, avant-gardiste.


Plus profondément encore, François FILLON m'a semblé et me semble être le seul en capacité objective de prendre la Présidence de l'UMP, conjointement :

 

- en réaffirmant les valeurs républicaines et morales sur lesquelles toute organisation, notamment politique et démocratique, et toute action, individuelle ou collective, doivent être fondées ;

 

- en impulsant localement et nationalement le redressement de notre pays, lequel souffre d'un déficit de ses valeurs fondatrices, et bien sûr d'un déficit de crédibilité, d'un déficit de confiance, d'un déficit public et d'un déficit commercial, qui, faute d'action, le précipiteront et le précipitent actuellement, par tantôt les mauvaises actions, tantôt l'inaction, de François Hollande, Jean-Marc Ayrault et leurs troupes, faussement unies et réellement contradictoires, vers la ruine et le déshonneur.

Ce redressement national est l'un des engagements qui sont les miens, maintenant et pour l'avenir, comme j'ai déjà pu le souligner lors de ma déclaration de candidature à l'investiture législative sur le territoire de la 4ème circonscription du Rhône ;

 

- en permettant aux Français de se remettre collectivement en question, de favoriser le changement dans le bon sens, et en même temps de garder confiance et foi en leur devenir, celui d'une grande nation, exemplaire, efficace, éternelle, la France ;

 

- et, plus politiquement et spécifiquement à notre famille politique, la droite et le centre, en autorisant le renouvellement nécessaire à notre classe politique, sur les critères de la démocratie et du mérite.

 

Tels sont les engagements que j'ai pris depuis longtemps maintenant, auprès de celles et ceux qui, sympathisants de droite et du centre, me soutiennent, ou, qui, plus largement citoyens, me connaissent ; engagements, que je garde au fond de moi et pour mon action politique et citoyenne, que j'ai officialisés, et que je renouvelle aujourd'hui, plus convaincu que jamais.

Tels sont les engagements que je souhaite porter dans le cadre de mon soutien à François FILLON dans l'élection du futur Président de l'UMP, et que je souhaite pouvoir porter un jour, lorsque le temps sera venu, devant les Lyonnais, et plus particulièrement devant ceux du 6ème arrondissement et de la 4ème circonscription législative du Rhône, avec le dévouement, la détermination et la vigilance qui sont miens.

 

 

Fabien PERRUSSEL

Commenter cet article